Archives pour la catégorie Histoire

La décapitation arme fatale au royaume wahhabite

 

La famille de Ruyati décapitée en Arabie Saoudite montre sa photoLe 18 juin 2011, en Arabie Saoudite, une domestique indonésienne,  Ruyati binti Sapubi , âgée de 54 ans, a été décapitée publiquement d’un coup de sabre. Une exécution spectacle où le corps sans tête a parcouru la ville suspendu à un hélicoptère[1].

 

Quel qu’en soient les motifs, quel qu’en soit le crime  qu’ a pu commettre cette femme, quel qu’en soient les charges retenues contre elle, rien ne justifie cette décapitation barbare, rien, en Islam ou dans le droit musulman, ne peut cautionner ce spectacle de l’horreur.

 

La version officielle de l’autorité saoudienne est que cette domestique a été condamnée à mort puis décapitée pour avoir tué sa patronne qui, selon elle, la maltraitait et l’empêchait de rentrer dans son pays. Cette histoire effroyable a provoqué une profonde émotion en Indonésie et Jakarta avait annoncé  que les Indonésiens ne seraient plus autorisés à s’exiler pour travailler comme domestique en Arabie Saoudite, tant que leurs dignités et leurs droits ne seraient pas respectés.

 

Désormais,  les maltraitances, les formes extrêmes d’exploitation et les pratiques esclavagistes que le royaume wahhabite réserve à ses travailleurs migrants, se sont multipliées ces dernières années. C’est ainsi qu’une femme a été battue et brûlée au fer à repasser, une autre torturée avec des clous, sans compter les cas de viols, les violences physiques et sexuelles, les conditions de vie et de travail contraires à la dignité, le non respect des droits fondamentaux… L’Arabie Saoudite est un cauchemar pour les travailleurs immigrés et un déni de l’humanisme et de la justice de l’islam.

 

Outre les salaires très bas et les longues journées de travail, il faut savoir que ces travailleurs étrangers ne peuvent pas quitter le pays sans autorisation de leur employeur. Souvent, leurs passeports sont confisqués par leurs patrons. Ils sont à la merci de leurs employeurs qui les exploitent de manières abusives. Mais, la condition des femmes reste la pire. Pour elles s’ajoutent les viols à répétition ou les harcèlements sexuels. Une situation dénoncée depuis des années par l’organisation américaine Human Rights Watch (HRW) dans ses rapports « As if I Am Not Human : Abuses against Domestic Workers in Saudi Arabia » (« Comme si je n’étais pas un être humain : Abus contre des travailleurs domestiques asiatiques en Arabie Saoudite »).

 

Centre Malcolm X


 

 

L’Hégire : sens et enseignements

Le Prophète (PSDL) et l’ensemble de ses compagnons ont dû s’exiler de la Mecque vers Médine à cause des persécutions et de l’oppression exercée par Qurayshe. Beaucoup de femmes et d’hommes étaient morts, d’autres  étaient torturés et les Qurayshites avaient finalement décidé d’éliminer le Prophète Muhammad (PSDL) lui-même afin de mettre un terme à la foi qu’il professait. Les musulmans, persécutés pour leur foi, ont dû quitter leurs biens et leurs demeures pour trouver un lieu où vivre librement leur spiritualité.

Quelles signification à l’Hégire pour nous aujourd’hui ? Dans le hadith authentique rapporté par Ahmed et Tirmidi, le Prophète (PSDL) avait expliqué que L’Hégire consiste à répondre à une double exigence. La première est une émigration vers Dieu et Son Messager, en d’autres termes,  adhérer au corps de principes institué par Dieu et illustrer parfaitement par le Prophète (PSDL), c’est l’exil du cœur loin des faux dieux, des idoles de notre temps à savoir, le pouvoir, l’argent et le culte du paraître …. ; c’est émigrer loin des mensonges et des modes de vie sans éthique. La seconde est s’éloigner du mal, des péchés et des turpitudes, Ghandi disait : « Ayez de la haine pour le péché et de l’amour pour le pécheur ». Le Prophète (PSDL) avait ajouté que l’Hégire, l’exil du cœur, ne s’arrête pas tant que la tawba (le retour à Dieu) est acceptée, pour nous signifier que le fidèle sincère et conscient est en perpétuel réforme de son être, en perpétuel remise en question. Il aspire toujours à être meilleur moralement et spirituellement, meilleur devant Dieu mais humble devant les êtres humains.

 

 

l’école Dar Al-Arqam


Introduction :

Avant de parler de l’école Dar Al-Arqam où le Prophète (psl) formait ses compagnons, façonnait leurs personnalités et reconstruisait leurs identités; il est important de  récapituler la période mecquoise qui a  treize années d’approfondissement de la foi, de défis, de détermination, de patience et de sagesse face aux persécutions des proches et des infidèles.

Le Prophète (psl) a commencé tout d’abord par former un noyau d’hommes et de femmes afin  de pouvoir porter le message et rayonner de ses valeurs. Mais, l’appel à embrasser l’islam et à adhérer à ce nouveau projet de société se faisait de manière secrète. A la troisième année de la prophétie, le Messager de Dieu a reçu la recommandation de propager le Message le plus largement possible et de le proclamer haut et fort. Les Quoraïchites ont commencé leur oppression et leur tyrannie contre les Musulmans. Les compagnons ont été frappés, torturés, humiliés et le Prophète (psl) également a eu droit aux insultes, aux humiliations de la part des Quoraïchites. Soumaya a connu une mort terrible et pourtant, les compagnons n’ont ni tué Abou-Jahl qui a assassiné Soumaya, ni placé des explosifs en représailles. Il n’y a eu aucun recours à la violence. Le Prophète (psl) et ses compagnons, quoique sur le droit chemin, n’ont pas imposé leur croyance, ni leur mode de vie, ni leur corps de principe à personne en l’avilissant. L’islam se propose à tous et ne s’impose à personne. C’est également en cette année que Hamza et ‘Omar ont embrassé l’islam. Qoraïche, voyant que les persécutions et les tortures ne faisaient que raffermir la foi des musulmans, donc elles ne donnaient pas les résultats attendus, alors ils ont essayé les négociations et les propositions alléchantes afin d’arrêter la propagation de l’islam.

De la 6ème à la 9ème année ce fut le blocus des musulmans dans les cols des Bani Hâchem et ensuite l’année du chagrin où le prophète (psl) perdait ses principaux soutiens Khadîdja la pure et Abou Tâleb son oncle. Le Prophète (psl) a réalisé qu’il n’aboutirait à rien avec les Quoraïchites, il a donc cherché à appeler à Dieu d’autres tribus en dehors de la Mecque. Il n’a pas eu grand succès avec les habitants de Tâ’if. Peut de temps après, il y a eu des rencontres avec des gens de Médine ….

L’importance de Dar Al-Arqam :

Comment faire pour consolider la foi des compagnons, les doter de plus de force et de résistance devant les sévices, les persécutions et les tortures des infidèles qui peuvent les ébranler ? Comment faire sauvegarder le moral des troupes ?

La solution réside dans la formation continue qui fut organisée durant trois années successives dans la maison de Al-Arqam Ibn Abi Al-Arqam. La méthode consistait à rassembler les fidèles pour approfondir  leur foi, intensifier leur spiritualité, éveiller leurs consciences et raffermir leur relation à Dieu. À l’école Dar Al-Arqam,  Les Musulmans ont appris :

  • L’esprit d’équipe : la fraternité, les liens du cœur, l’amour en Dieu, l’entraide et le partage. Ce sont les ingrédients essentiels pour la cohésion et l’homogénéité du groupe.
  • La pureté du cœur et la proximité de Dieu : les assises à Dar Al-Arqam étaient des assises de foi, de science et de spiritualité. Les prières nocturnes étaient réalisées quotidiennement.
  • Une vision globale du projet de société proposé par le Prophète (psl) et un engagement sans faille pour porter et défendre ce projet quels que soient les sacrifices.
  • L’importance de l’espoir. Il faut apprendre que le succès commence à pointer aux moments les plus sombres.
  • La maîtrise de soi, la patience, la résistance et la persévérance quelles que soient l’oppression et l’injustice.
  • La pleine confiance en Dieu : les veillés spirituelles, les prières nocturnes, la multiplication des invocations, le dikr sont très nécessaires pour approfondir cette confiance. L’éducation spirituelle, l’éveil de  la foi  sont des moyens pour retrouver cette pleine confiance en Dieu.
  • Le lieu de rassemblement ou le local est très important pour pouvoir réfléchir, mettre en place des projets et construire une dynamique. Le problème se posait pour le Prophète (psl) et les compagnons car Qoraïche ne devait se douter de rien. Le lieu proposé fut donc la maison de Al-Arqam Ibn Abi Al-Arqam qui était un jeune homme de 17 ans. Jamais Qoraïche, n’aurait pensé que ce jeune allait contribuer et risquer sa vie en mettant sa maison à disposition et au service du message.  C’est un acte de don important malgré les risques et un gage de véracité de la part d’al-Arqam.
  • Plus tard, lorsque le prophète (psl) et ses compagnons ont fait exode à Médine, et que ceux qui ont fait exode (les mouhajirines) et ceux qui fait accueil (les inçars) ont fraternisé et partagé leurs biens ; le Prophète (psl) pour exprimer sa gratitude à Al-Arqam, lui a offert une maison.

Par O. Mahassine

La mosquée d’Al-Aqsa face aux bulldozers israéliens

Les Palestiniens sonnent depuis longtemps l’alarme sur les fouilles israéliennes et les excavations ininterrompues, juste en dessous de l’esplanade d’al-Haram al-Sharif. Ces fouilles ont d’ores et déjà causé des dommages irréparables à la stabilité des fondations de la Mosquée Al-Aqsa

Israël décrit les tunnels comme « des projets touristiques » qui ne constituent aucune menace pour les lieux saints islamiques. Cependant, les organisations palestiniennes et quelques organisations israéliennes, dont le Comité israélien contre la démolition de maisons (ICAHD), pensent que le but ultime est de créer un itinéraire d’accès souterrain pour attaquer Al-Aqsa et d’autres lieux du secteur.

Le Sheikh Ra’îd Salah, chef du Mouvement Islamique déclare : « Il ne fait aucun doute que les fondations d’al-Aqsa sont minées par ces tunnels et autres fouilles. Il n’est pas nécessaire d’être un grand architecte pour s’en rendre compte. Nous avons déjà découvert des trous et des fissures sur tout le site. »

Une section de la cour de la Mosquée Aqsa a cédé l’année dernière suite aux fouilles israéliennes. L’effondrement s’est produit près de la fontaine Qaitbay, dans la section occidentale de la mosquée. Une école dans le quartier Silwan s’est aussi partiellement écroulée en raison des fouilles israéliennes dans le secteur.
Lire la suite

Islam et pouvoir

Quelques réflexions sur la relation entre l’islam et le pouvoir.

  • Le Prophète (pbsl) décède en 632 de l’ère chrétienne, peu après le pèlerinage d’adieu au cours duquel il donna les derniers conseils à la communauté. Ses recommandations ultimes vinrent couronner le long parcours qui instaura un système de shûra (concertation). Le Prophète (pbsl) institua un nouvel ordre mondial en allant à contre-courant des modèles du pouvoir connus jusqu’alors. La communauté était souveraine et la concertation était son mode de gouvernement sous les principes de la  » Loi islamique « .
    Lire la suite

Conférence-Débat au Centre Malcolm X : Hassan el Banna et Muhammad Abdu

Depuis la révolution iranienne,  les débats sur l’islam sont réduits à des lectures simplificatrices voire caricaturales. Il faut pourtant se rendre à l’évidence : il existe, depuis le début  du  dix neuvième  siècle, un réel renouveau de la pensée islamique, qui a sa logique propre. Ne pouvant prétendre à une autre évolution, l’islam n’est évolutif que lorsqu’il a intégré dans sa grille de lecture, les principales valeurs occidentales. Pourtant les choses sont bien complexes, l’islam a développé l’esprit critique en toute chose et ce depuis sa naissance. C’est ce qui explique que l’islam fut au temps du monde, ce que les civilisations issues des Lumières sont au monde aujourd’hui. Est-ce pour autant la fin de toute production dans les espaces baignés d’islam ?
Lire la suite